Retrouvez ici l'ensemble de nos actualités ASTRO


La Nuit des Etoiles de Holtzheim - Atome Boréalis

photo Atome Boréalis
Nuit des Etoiles à Holtzheim le 9 juillet 2016

Une belle réussite pour cette première édition de la Nuit des Etoiles de Holtzheim que nous avons eu le plaisir d'organiser avec la mairie de Holtzheim récemment labellisée "Villes et villages étoilés". Un public de tout âge est venu nombreux pour assister aux conférences et observer le soleil en début de soirée puis des objets du ciel nocturne grâce à la présence d'astronomes de la région venus avec leurs télescopes. Les visiteurs ont ainsi pu contempler la planète Jupiter avec ses satellites, Mars dont les contrastes de couleurs à la surface se laissaient voir avec un fort grossissement et Saturne dont les anneaux ont émerveillé petits et grands. L'extinction des lampadaires de la commune par la mairie a également permis d'avoir un ciel suffisant sombre pour pouvoir pointer des objets du ciel profond tels que l'amas globulaire M13 dans la constellation d'Hercule ou la nébuleuse planétaire M57 de la constellation de la Lyre.

Lire la suite 0 commentaires

Notre Dobson 300 en action - Atome Boréalis

Notre Dobson 300 en action lors de la réunion astro de Drachenbronn fin mai 2016.

 

Photo DNA

Lire la suite 0 commentaires

Animation et observation ASTRONOMIE le 9 juillet 2016 à Holtzheim - Atome Boréalis

Holtzheim, étoiles, Alsace
Holtzheim, une commune labelisée "Villes et villages étoilés".

A l'occasion de l'obtention du label "villes et villages étoilés", la Commune de Holtzheim et Atome Boréalis vous proposent une soirée d'animation et d'observation astronomique à l'Espace Marceau de Holtzheim, le 9 juillet 2016 dès 20h30.

Au programme : 

- présentation du ciel d'été et du label "villes et villages étoilés"
- projection de vidéos
- présentation de météorites
- dessins astro pour les enfants
- distribution de cartes du ciel

Un photographe invité proposera également une exposition photos.

Sur la terrasse : 
- Observation du ciel aux télescopes

Plus d'infos sur le programme à venir 

 

Rejoignez l'événement Facebook : https://www.facebook.com/events/1718275801759661/

Lire la suite 0 commentaires

Visite de la coupole de la cité de l'espace de Toulouse et entretien

Photo Atome Boréalis
La coupole de la Cité de l'Espace de Toulouse.


La Cité de l'Espace de Toulouse s'est dotée il y a quelques mois d'une coupole astronomique. Nous avions rendez-vous sur place fin octobre avec Arnaud Caron, superviseur des animations culturelles du parc, afin d'en savoir un peu plus sur les instruments qui y sont installés ainsi que les animations qui y sont proposées.

Atome Boréalis : Pouvez-vous nous présenter cette coupole ?

 

Arnaud Caron : La coupole de la Cité de l’Espace a été inaugurée le 26 avril 2014, cela fait ainsi un peu plus d’an et demi qu’elle est ouverte au public. Elle mesure 7,5 m de diamètre. Si le Soleil se situait d’un côté de la coupole et avait la taille d’une balle de tennis, la Terre se situerait à l’autre extrémité et aurait la taille d’une bille de stylo. C’est une image que nous employons souvent pour aider le public à se représenter l’échelle taille-distance entre le Soleil et nous.

 

Notre coupole se pilote grâce à un logiciel installé sur notre ordinateur. Ce logiciel se présente sous la forme d’une carte du ciel ce qui est très pratique pour nos animateurs car en un coup d’œil ils peuvent voir ce qu’il peut être intéressant de présenter au public.

Là par exemple nous pouvons voir sur le logiciel un joli regroupement entre Jupiter, Vénus et Mars. Si je choisis de pointer Vénus, en cliquant avec la souris sur cet astre je vois ses coordonnées et le logiciel pilote automatiquement le télescope pour qu’il pointe et suive la planète en compensant la rotation de la Terre (un tour en 24h). La coupole quant à elle n’est pas en suivi régulier, elle reste en place tant que le télescope peut voir au travers du signet, toutes les 15 à 20 minutes elle se décale grâce à un système d’encodeurs sur le pourtour.

 

Comme notre monture est en poste fixe nous n’avons pas besoin de toucher à la collimation pour réaligner les miroirs.

En revanche nous refaisons régulièrement un modèle de pointage afin que le centre du champ corresponde bien aux coordonnées de l’astre que l’on a pointé.

La correction de ces erreurs de pointage se fait de nuit : On demande au télescope de pointer successivement une vingtaine d’étoiles et on corrige pour chacune d’elle l’erreur de pointage. Le boitier retient ces corrections ce qui lui permet de savoir comment corriger le pointage de l’ensemble des étoiles du ciel.

Lors des observations nous grossissons les objets célestes aux alentours de 100 fois, 200-250 fois, très rarement 400 fois car l’image devient alors vraiment floue.

Lire la suite 0 commentaires

Atome Boréalis rencontre William Salies, Le Mac Gyver du télescope  (66)

Wiliam Salies présente un élément de son télescope construit par ses soins
Wiliam Salies présente un élément de son télescope construit par ses soins


Atome Boréalis : Vous pratiquez l'astronomie depuis combien de temps ?

William Salies : Une quinzaine d'années.


A.B. : Comment cela vous a-t-il pris ?

W.S. : Je regardais les étoiles quand je faisais des randonnées le soir et maintenant je fais l'inverse je vais à la montagne pour regarder les étoiles!


A.B. : Vous observez à l'aide de quel instrument ? 

W.S. : Pendant près de six ans dans mon sac de randonnée je n'avais que des jumelles ainsi qu'une carte tournante. J'ai appris les constellations et à différencier les étoiles avec un petit objet de Messier et cela à l'aide de jumelles. Ce qui maintenant me permet avec des télescopes comme des Dobson de trouver pratiquement tous les objets dont j'ai envie. Ensuite j'ai fabriqué un premier 400 mm. J'arrivais, pour aller à la montagne, à le mettre sur le dos. Il faisait 20 kg tout compris. Et maintenant j'ai un 600 mm que je ne peux pas mettre sur le dos mais qui est tout de même léger, il fait 45 kg.



A.B. : Est-ce qu'il faut un diplôme d'ingénieur pour fabriquer son propre télescope ?

W.S.: Oui tout à fait il faut être astrophysicien moléculaire et savoir faire de la mayonnaise et une béchamel alors on est capable de faire un télescope.


A.B. : Donc en fait non ?

W.S.: Il ne faut aucune compétence particulière c'est surtout une envie et de la persévérance.


A.B. : Mais comment est-ce que l'on se débrouille avec rien pour faire un télescope ?

W.S. : Je ne suis jamais parti avec des plans mais avec des idées seulement et de la récupération. Et les idées changeaient en fonction de la récupération. C'est une évolution. Quand j'ai une idée j'attends deux trois jours. Cette idée me travaille et se met en place et tout d'un coup il y a quelque chose qui sort. Les Italiens ils ont une expression pour ça ils appellent ça "travailler et penser a caso" ce qui veut dire travailler à l'instinct. 


A.B.: Avez-vous un autre projet de construction le télescope ?

W.S.: Oui mais cela attendra que je sois à la retraite. Un 600mm c'est déjà quelque chose d'astreignant. Il a fallu tout fabriquer, polir le miroir etc j'ai encore un miroir plus petit en carbone à terminer. Il est entre deux eaux. C'est aussi une question de finances. Cela attendra la retraite.


A.B.: Quels conseils pouvez-vous donner à quelqu'un qui aimerait se lancer dans la construction d'un télescope ?

W.S.:Quand on est un amateur on est pas soumis à la réussite. C'est juste une envie de vouloir faire quelque chose. Il est vrai que l'idéal est de réussir mais si l'on ne tente rien on ne peut pas savoir si on y arriverait. Il faut avoir vraiment l'envie de le faire, une envie qui passe avant tout. Personnellement lorsque que je fais un miroir ou un télescope je ne fais rien d'autre. Je ne peux de toutes façons rien faire d'autre, c'est le matin le midi le soir ! Quelqu'un qui a déjà fait de l'optique amateur avec un appareil de Foucault et travaillé à la main, travaille différemment que quelqu'un utilisant des machines hypersophistiquées et des logiciels pour faire des analyses. On fait tout à l'œil et à la main. Tout à caso comme disent les Italiens.


A.B.: Il faut compter combien d'heures de travail pour faire un 400 mm par exemple ?

W.S.:Un 400 sans aucune expérience, j'ai dû mettre trois à quatre mois.


A.B.: À raison de huit heures par jour ?

 

W.S.: Non. On ne peut pas travailler huit heures par jour sur le miroir. Au début oui lorsque que l'on fait l'ébauchage, quand on le creuse jusqu'au polissage là on peut travailler plusieurs heures par jour. Tout est fait à la main alors tourner autour du tambour pendant plusieurs heures c'est déjà long. Après pour la parabolisation c'est plus délicat, on va travailler des zones spécifiques pendant cinq minutes puis laisser reposer 24 heures. Une journée d'analyse avec des calculs et des prises de mesure. Puis la réflexion sur le travail du lendemain. On remet en pression la surface pour quelle prenne bien la forme. Chaque correction demande à peu près trois jours de délai. On va faire cinq minutes de travail avec une heure de nettoyage de poussière avant et une heure après.

Lire la suite 0 commentaires

Vos photos de l'éclipse de lune du 28 septembre 2015

Le 28 septembre 2015 a eu lieu un événement exceptionnel visible sous nos latitudes : La plus grosse lune observable depuis la Terre a été totalement éclipsée par l'ombre de la Terre.

Cet événement est très rare car il nécessite la coïncidence de deux phénomènes. 

Il faut tout d'abord que le Soleil, la Terre et la Lune soient parfaitement alignés afin que l'ombre de la Terre puisse masquer la Lune. Cela n'arrive que rarement car le plan de l'orbite de la Lune autour de la Terre ne se superpose pas à l'écliptique (plan de l'orbite de la Terre autour du Soleil), il est incliné d'un peu plus de 5° par rapport à ce dernier. Une éclipse de Lune ou de Soleil ne peut ainsi se produire que si au moment où la Lune (au cours de son orbite) traverse l'écliptique, le Soleil, la Terre et la Lune sont alignés. 

Ensuite, pour que cette éclipse se produise alors que la Lune a la taille apparente maximale vue depuis la Terre, il faut que cet alignement ait lieu alors que la distance Terre-Lune soit la plus faible possible. L'orbite de la Lune, tout comme celle de la Terre autour du Soleil, n'est pas un cercle mais une légère ellipse. Au cours du mois, la distance Terre-Lune n'est ainsi pas constante : elle varie avec un minimum de 362 000 km environ et un maximum aux alentours de 405 000 km. A ce moment là, elle nous apparaît ainsi plus de 10% plus grosse.

La réunion de ces deux événements n'est pas passée inaperçue auprès des astronomes amateurs qui en ont profité pour immortaliser ce phénomène chacun à sa façon. Des passionnés nous font ici profiter de certains de leurs clichés.


Au moment de la totalité de l'éclipse, la Lune prend une couleur orangée. Cette couleur est due à la réflexion sur la Lune des rayons du Soleil traversant l'atmosphère terrestre.


Bravo à tous !



* Données techniques fournies par les auteurs des photos


Lire la suite 0 commentaires

Atome Boréalis publie vos photos de l'éclipse de lune du 28 septembre 2015

Envoyez-nous votre meilleure photo, nous la publierons sur notre site www.atomeborealis.jimdo.com dans un article dédié. 

Vous avez jusqu'au dimanche 4 octobre, 12h, pour nous faire parvenir vos photos.
Précisez le lieu et l'heure de prise du cliché, filtre etc (voir modalités ci-dessous)

 

* vous devez être personnellement l'auteur des photos

Modalités de participation :

Lire la suite 0 commentaires

Atome Boréalis rencontre Roger Tabary, Président de l'Association Terre Univers, qui nous présente l'observatoire du Soler (66)

Roger Tabary sous la coupole de l'observatoire du Soler (66)
Roger Tabary sous la coupole de l'observatoire du Soler (66)


 

Atome Boréalis : Roger Tabary, vous êtes le président du club d'astronomie du Soler (66) et vous venez d'organiser le mois dernier une nuit des étoiles. C'est la combientième édition?

Roger Tabary : Ça fait au moins 10 ans que nous faisons cela au mois d'Août entre le 8 et le 12 du mois. 


 


A.B. : La fréquentation est-elle à la hauteur de vos attentes cette année?

R.T. : Oui tout à fait! On a de plus en plus de visiteurs qui viennent.


 

A.B. : Quel était le programme cette année?

R.T. : Nous faisons découvrir le ciel, les étoiles filantes et nous expliquons ce que c'est, c'est-à-dire des poussières de comètes. Nous avons une série de diapos là-dessus et nous mettons des télescopes à disposition. 


 

A.B. : Vous avez d'ailleurs un télescope assez intéressant ici. Vous pouvez nous en parler? 

R. T. : Nous avons plusieurs modèles de 125 mm à 600 mm fait par un membre du club (interview de William Salies à venir sur notre site) et un 460 mm sous la coupole qui est opérationnel depuis 5 mois. Nous avions quelques déboires avec mais maintenant nous avons réussi à le faire fonctionner. 


 

A.B. : Ce n'est pas si fréquent qu'un club astro ait sa propre coupole...

R. T. : Nous sommes le seul club dans le département à avoir un observatoire en dur.  


A.B. : Vous êtes ouverts au public?

R. T. : Oui tous les mardi soir nous recevons le public toute l'année. 


A.B. : Faut-il réserver avant de venir?

R. T. : C'est sans inscription il suffit de venir dès 20h30 l'été et 20h l'hiver. 


A.B. : Où peut-on vous retrouver sur internet?

R. T. : Nous avons un site qui s'appelle Terre Univers. Il y a toutes nos sorties dessus.


A.B. : Quel est le prochain événement au programme ?

R. T. : En ce moment on s'attelle à faire de la photo avec le 460 mm.


A.B. : Vous n'aviez jamais fait de photos auparavant?

R.T. : Si, nous avons quelques membres qui font régulièrement de la photo sous la coupole mais jamais avec le 460 mm. 


A.B. : Le public pourra-t-il voir ces photos?

R. T. : Nous en exposons déjà certaines et nous mettrons les nouvelles sur le site. 


A.B. : Le mot de la fin?

R.T. : Nous espérons avoir un public nombreux avec qui partager chaque semaine notre passion! 

Lire la suite 0 commentaires

Interview de Séverine de Close, une chanteuse étoile.

Concert de Séverine de Close au Festival de Mantet
Concert de Séverine de Close au Festival de Mantet


Cette année un concert de Séverine de Close était au programme du Festival de Mantet (66), le Off du Festival astronomique de Tautavel, le 22 Août 2015. Nous en avons profité pour réaliser une interview de l'auteur-compositeur-interprète et astronome-amateur. 

 

Atome Boréalis : Que fait une chanteuse à un festival d'astronomie?

 

Séverine de Close : Si je vous dis chanter mes compositions cela ne va pas vous étonner. Mais je suis aussi là en qualité d'amatrice d'astronomie.


 

A.B. : Comment pratiquez-vous l'astronomie?

 

 

S. de C. : J'observe avec un Dobson et je fais quelques photos ... avec mon téléphone directement par l'oculaire (rires). Pour la lune cela marche plutôt pas mal, pour Saturne on repassera! Je n'ai pas de matériel spécifique ni la patience pour pratiquer la photo astro, et j'admire ceux qui l'ont!

 

La lune avec un Iphone 5, source www.severinedeclose.fr
La lune avec un Iphone 5, source www.severinedeclose.fr

A.B. : Vous utilisez quel matériel? 

 

S. de C. : D'habitude j'observe avec un Dobson 300 flextube. Mais lors des festivals ou des rencontres astro j'aime bien observer avec les instruments des autres. J'aime bien cette ambiance. Une fois la nuit tombée on discute avec les possesseurs des instruments sans les voir et on peut repartir sans savoir à qui l'ont a parlé! 

 

A.B. : Avez-vous des objets de prédilection?

 

S. de C. : C'est le ciel profond que je préfère observer. Mais ne me demandez surtout pas de faire un marathon Messier j'en serais incapable ! (rires) Et quand le ciel est mauvais la lune suffit à faire mon bonheur. Je pourrais y passer des heures...

 


Lire la suite 0 commentaires

Interview de Jean-Louis Candes qui nous présente son atlas astronomique

Photo Atome Boréalis
Jean-Louis Candes et son atlas astronomique : AstroBook


En passant par le Col de Mantet pour nous rendre au Festival de Mantet fin Aout, nous avons eu l'occasion d'apercevoir un groupe de personnes se pencher avec intérêt sur un ouvrage astronomique. Curieux d'en savoir plus nous avons demandé à son auteur de nous le présenter. 

 

Atome BoréalisVous venez de sortir le tome 2 d'un atlas astronomique. Comment s'appelle votre ouvrage?


Jean-Louis Candes : Il s'appelle "L'Atlas des Constellations". Je l'ai créé et édité moi-même. 



A.B. : Qu'apporte t'il de plus par rapport aux autres Atlas?


JL. C. : Il se présente comme un carnet d'observation. Il permet d'improviser des soirées sans avoir rien préparé. 



A.B. : S'utilise t-il indifféremment avec un télescope avec ou sans go to?


JL. C. : Cela n'a pas d'importance. C'est un recueil d'objets du ciel que l'on va pouvoir observer. Il est organisé par constellations car c'est ce que le public apprend en premier lorsqu'il découvre l'astronomie et je voulais qu'il y ait un livre qui conduise à ce repérage qui est connu de tout le monde. 


Lire la suite 0 commentaires

Installation d'une caméra FRIPON à Mantet par Vivien Pic

Photo Atome Boréalis
Vivien Pic présente la caméra Fripon

Ce dimanche 23 Août 2015 nous avons assisté à l'installation de la première caméra du réseau de surveillance de météorites Fripon dans les Pyrénées Orientales. Vivien Pic, en charge de l'installation de la caméra, était en effet présent à Mantet lors de la deuxième édition du Off du Festival d'Astronomie de Tautavel.   

Nous vous proposons quelques images ainsi qu'une interview de Vivien Pic, représentant le projet FRIPON.


 

Atome Boréalis : Vous êtes venu poser une caméra un peu spéciale aujourd'hui à Mantet. Vous pouvez nous dire de quoi il s'agit?


Vivien Pic : Il s'agit d'une caméra plein ciel munie d'un fish-eye (très grand angle) qui permet d'observer le ciel dans son intégralité pour un programme de l'Observatoire de Paris et du Muséum d'Histoires Naturelles de Paris, le projet Fripon, pour Fireball Recovery and InterPlanetary Observation Network, un programme scientifique français qui vise à observer les chutes d'étoiles filantes particulièrement lumineuses qu'on appelle un fireball en anglais (boule de feu) pour trianguler la position des points de chute de météorites au sol et étudier la trajectoire de la rentrée atmosphérique de la météore. Le but est d’étudier les régions sources des météorites pour savoir de quelle partie du ciel ils proviennent pour pouvoir relier une région du système solaire à un type de météorites en particulier.


A.B. : Est-ce la première caméra de ce type que vous posez?


V.P. : Le réseau est en cours de mise en place. Mantet est le premier lieu d'implantation dans les P.O. Il y en aura une autre à Banyuls au centre de recherches océanographiques.

Lire la suite 0 commentaires

Atome Boréalis au Festival d'Astronomie de Tautavel 2015

Atome Boréalis sera présent au désormais incontournable Festival d'Astronomie de Tautavel, près de Perpignan. 

Si vous êtes de passage dans les Pyrénées Orientales du 13 au 16 Août 2015 n'hésitez pas à consulter le programme comportant des conférences (aprèm & soirs) de Vivien Pic, Raymond Sadin, Thierry Contini, Olivier Gadal, JL CandesKatja Breda et bien d'autres spécialistes, des expos, des ateliers pour les enfants, des concerts de Séverine de Close (14&15 Aout à 15h), et les observations nocturnes, et diurnes (soleil), ... 

Plus d'infos sur 

https://www.facebook.com/pages/Festival-dastronomie-de-Tautavel/107947192612045?fref=ts

http://www.astreschevelus.fr/articles.php?lng=fr&pg=460

http://450000ans.com/festival-dastronomie-tautavel

 


Atome Boréalis sur France Bleue Alsace

Présentation de la Soirée AstroMusique sur France Bleue Alsace...

Square de la Vieille Île le 4 juillet 2015 à 20h30 à Ville de HaguenauConcert de Séverine de Close puis observation aux Télescopes

Posted by Atome Boréalis on dimanche 28 juin 2015
0 commentaires

Soirée AstroMusique 04/07/15

0 commentaires